Annonce : XIII International Symposium on Byzantine Seal Studies

Nous avons le plaisir de partager avec vous l’appel à communications pour l’International Symposium on Byzantine Seal Studies, qui aura lieu à l’Université de Cologne les 27 et 28 mars 2025.

Le symposium est organisé sous les auspices du projet ANR/DFG DigiByzSeal – Unlocking the Hidden Value of Seals: New Methodologies for Historical Research in Byzantine Studies et constituera l’événement de clôture de cette fructueuse coopération franco-allemande.

Sous le thème “Tradition andinnovation”, au sein du cadre de la sigillographie byzantine, nous explorerons divers sujets, y compris, mais sans s’y limiter :

  • l’étude de l’administration byzantine
  • la prosopographie
  • l’histoire sociale et l’identité
  • l’iconographie sur les sceaux byzantins
  • les aspects linguistiques des sceaux byzantins
  • les influences et les échanges interculturels dans la sigillographie byzantine
  • les approches numériques et les méthodologies innovantes dans l’étude des sceaux.

De plus amples informations, ainsi que le formulaire de proposition de communication, sont disponibles sur ce lien.

Pour toute question complémentaire, veuillez nous contacter à l’adresse suivante : siegel-symposium@uni-koeln.de.

Nous nous réjouissons de votre participation !

We are pleased to share with you the call for papers for the XIII International Symposium on Byzantine Seal Studies, which will take place at the University of Cologne in 27-28 of March 2025.

The Symposium is organized under the auspices of the ANR/DFG Project DigiByzSeal – Unlocking the Hidden Value of Seals: New Methodologies for Historical Research in Byzantine Studies and will represent the closing event of this fruitful French-German cooperation.

With the theme “Tradition and Innovation”, within the field of Byzantine Sigillography,

 we will explore various topics including but not limited to:


– the study of the Byzantine administration
– prosopography
– social history and identity
– imagery on Byzantine seals
– linguistic aspects of Byzantine seals
– cross-cultural influences and exchanges in Byzantine sigillography
– digital approaches and innovative methodologies in the study of seals

More information, as well as the submission form, can be found in this link.

For any further questions, please contact us at siegel-symposium@uni-koeln.de.

We are looking forward to hearing from you!

Sceau du mois de janvier (Paris)

Alors que le début de l’année 2024 bat son plein et que la France voit un renouvellement de l’équipe gouvernementale, nous pouvons nous plonger dans l’actualité politique byzantine de 1055. En effet, le 11 janvier de cette année, l’empereur Constantin IX Monomaque est décédé d’une pleurésie, contractée à la suite d’une baignade. Son agonie et sa mort ont contribué à relancer le débat sur l’identité de son successeur. La course au pouvoir impérial reprenait à Byzance …

Voici l’un des sceaux impériaux de Monomaque. Il s’agit d’une version classique des sceaux que cet empereur a fait frapper pour accompagner les missives portant ses ordres et les récompenses attribuées à ses fidèles. Le Christ n’étonne pas car il est le protecteur évident du basileus. Plus intéressante est l’iconographie de l’empereur lui-même. En effet, les traits sont encore personnalisés et la présentation en buste, qui disparaîtra peu après Constantin IX permet de distinguer assez clairement l’empereur de ses prédécesseurs et successeurs immédiats, même sans l’inscription indiquant son identité. D’ailleurs, sur les sceaux, Monomaque a uniquement conservé son prénom et son titre impérial en lettre latines et grecques : « Constantinos autocrator ». Contrairement à la monnaie, où l’empereur innovera en faisant figurer son nom de famille : « Monomachos ». A contrario les regalia présentés sont eux classiques : la chlamyde constellée de pierreries, le sceptre trifide, le globe crucigère.

Ce sceau a été retrouve dans l’ancien thème des Thracésiens, en Asie Mineure occidentale, une région avec laquelle l’empereur avait des liens, ou du moins avec une partie de ses élites aristocratiques et monastiques. L’empereur a pu envoyer une lettre à l’un de ses partisans ou à l’un des hommes saints de la région. Il est aussi tout à fait possible qu’il ait envoyé une lettre à un fonctionnaire civil ou à un officier de la province, puisque les Thracédiens étaient l’un des thèmes les plus riches et les plus importants de l’Empire.

Constantin IX Monomaque (empereur byzantin, 1042-1055)
Inv. : Tatış 2382. Provenance : Söke (basse vallée du Méandre).
Dia. : 34. Poids : 33,33 g. Ed. : Jean-Claude Cheynet

Sceau du mois : Novembre

Working on the project we came across a seal (SB-370) with a spectacular depiction of St. John the Theologian. The seal is broken into two halves, but well readable. The image on the obverse of the seal seems to be hitherto unattested on Byzantine seals: St. John the Theologian is shown holding a Gospel in his right hand and bending to the right. The legend on the reverse is also remarkable. The end of the legend is partly missing but can be restored with the help of a parallel seal auctioned by Roma Numismatics. It is a metrical legend that reads: Σκέπις ἐπιστίθιε ἠγαπημένε τὸν σὸν οἰκέτην Ὀρέστην Ἰωάννην („Protect, beloved epistethios, your servant John Orestes“). Identifying metrical seals, especially when they are not in perfect condition and lack parallels, poses a particular challenge. Metrical legends do not follow the same rules as other seals and can sometimes even feature false metrics. Taking into account the epigraphy and ligatures, a dating to the 13th century is suggested. The name of the seal owner John corresponds very well with the name of the saint depicted on the obverse, a usual phenomenon in sigillography as well as in numismatics, whereas the family name Orestes is attested from the 14th c. onwards. With regard to the dating of the seal to the 13th century this seal would therefore represent one of the earliest occurrences of Orestes as a family name.

If you like to get more information about this seal, see Catalano, Maria Teresa, Martina Filosa, and Claudia Sode. “Byzantine Seals from the Robert Feind Collection in Cologne: Research and Publication in the Context of the Digital Humanities.” Revue Des Études Byzantines 79 (2021): 297–322; here 307–309.

Photo: SB-370 Robert Feind Collection.

The seal has also undergone a lead isotope analysis; see:

–     Karagiorgou, Olga, Merkel, Stephen and Wołoszyn, Marcin. “A contribution to the technology and sources of lead in Byzantium: lead isotope analysis of ten Byzantine seals” Byzantinische Zeitschrift 114, no. 3 (2021): 1161-1203. https://doi.org/10.1515/bz-2021-0058.

Réunion d’équipe franco-allemande (Octobre 2023)

Nouvelle réunion des équipes française et allemande au cours du mois d’octobre (10-11 octobre 2023).

L’Université de Cologne a accueilli les membres de l’équipe française pour avancer sur les sujets techniques, numériques et de choix d’organisation des sceaux dans la version finale de SigiDoc.

Cette réunion a permis des avancées notables sur plusieurs questions qui restaient pendantes :

  • Réorganisation des listes d’autorité (fonctions, dignités, géographie),
  • Développer et améliorer les options de recherche pour trouver plus de liens entre les sceaux hébergés sur la plate-forme,
  • Choisir les objectifs concernant la prosopographie afin d’harmoniser les décisions pour éviter les doublons, voire favoriser les liens avec les bases de données prosopographiques byzantines en ligne,
  • Repenser et refondre la liste d’autorité iconographique qui posait des problèmes de présentation : finalement le tag « bubble » a été choisi après plusieurs discussions,
  • Favoriser l’harmonisation des présentations écrites entre les équipes française et allemande afin d’éviter des divergences d’écritures,
  • Et bien d’autres …

Le travail se poursuit pour SigiDoc et les nouveaux progrès seront sans aucun doute davantage substantiels au début de l’année 2024.

Sceau du mois de septembre (Cologne)

A key highlight of the program, facilitated by the use of Reflectance Transformation Imaging (RTI), is its ability to identify seals with significant damage that were previously impossible to read with the naked eye. An illustrative case is the seal SB-25 from the Robert Feind collection. Through our RTI images, the inscriptions became legible, leading us to discover a parallel in the Dumbarton Oaks collection: BZS.1958.106.4995. Here, we read the inscription as Ἅγνη, φύλατι δουκὶ Κων(σταντίνῳ) το Ὤπο (“Holy one, watch over the doux Konstantinos Opos”). Konstantinos Opos is a well-documented figure in historical sources, notably in Anna Comnene’s work. He held a significant position as an officer under Emperor Alexios I, actively participating in operations against the emir of Smyrna, Tzachas (1081 ‒ 1093), and compelling the crusader count Raoul to return to Asia. Additionally, he is recorded as a protoproedros in the  Council of Blachernai in 1094.

From the aforementioned seal, we glean that Konstantinos Opos, at a certain point in his career at the end of the 11th/ early 12th century, assumed the role of doux. According to V. Laurent, the term “doux” here signifies the military commander of a specific administrative region or “thema”. Notably, on numerous seals, the office is referenced independently, without the associated town or region where the officer served.

Photo: SB-25 Robert Feind Collection.

Photo: Pictures of SB-25 taken with RTI: Specular enhancement mode (l.) & Default mode (r.).

If you want to learn more about RTI, here you have some interesting papers:

–   Fischer, Franz, and Stephan Makowski. “Digitalisierung von Siegeln mittels Reflectance Transformation Imaging (RTI),” Paginae Historiae 25, no. 1 (2017): 137–41.

–    Catalano, Maria Teresa. “Nutzen Und Grenzen Der RTI-Fotografie Am Beispiel von Zwei Stark Beschädigten Byzantinischen Bleisiegeln.” Studies in Byzantine Sigillography 14 (2022): 147–57. https://doi.org/10.1484/M.SBS-EB.5.132253.-    Caine, Moshe, and Michael Magen. “Low Cost Heritage Imaging Techniques Compared.” BCS Learning & Development, 2017. https://doi.org/10.14236/ewic/EVA2017.85.

Who we are

Hi, our names are Pia and Sofia and we are the SigiDoc-encoders of the German team of DigiByzSeal! Let us introduce ourselves:

Pia: I am a master´s student in Byzantine Studies in Cologne, and I am very interested in Sigillography. I attended a few university courses on this topic and I realized how incredibly much information you can gain from little objects like seals. About DigiByzSeal I like the approach to connect Digital Humanities with the traditional methods of editing seals to ensure availability and sustainability of sigillographic data in the future.

Sofia: I am a Ph.D. candidate in Byzantine Archaeology at the Aristotle University of Thessaloniki and the University of Cologne. My research interests include Byzantine numismatics, economic history, and sigillography. Regarding the DigiByzSeal program, I found it fascinating and appealing to see how digital tools can be applied in Byzantine Studies and especially in Sigillography in order to make seal collections accessible to a wider audience and contribute to the creation of a comprehensive search corpus.

Hello, we are Sima Meziridou and Numa Buchs and we are the SigiDoc-encoders of the French team of DigiByzSeal. Here are some information about ourselves:

Sima: I am a post-doctoral researcher in the project and sigillography is a new horizon that I am exploring at the moment. As an archaeologist/historian, byzantine sigillography is a rather new field for me, allowing me to deepen my knowledge in byzantine political and social history. The DigiByzSeal project offers a necessary tool for byzantine studies and I am very excited to be part of it. 

Numa : I’m a post-doctoral student on the project and I’ve come into contact with sigillography during my research work, but this is the first time I’ve immersed myself in sigillography to this extent. As a historian of Byzantine history specialising in the army, administration and political history, this is a wonderful opportunity for me to develop my knowledge of this essential tool. I am extremely pleased to have joined the DigiByzSeal project.

Sceau du mois d’août (Paris)

En poursuivant le travail sur les sceaux au mois d’août, l’esprit vagabonde et voyage vers les plages chaudes et sablonneuses. Dans cette ambiance estivale, nous vous présentons un sceau qui nous a transporté de Paris à la Méditerranée.
Voici le sceau de Théophane, spathaire impérial et drongaire de la mer Egée, datant de la première moitié du IXe siècle, période d’apogée du thème. L’invocation du sceau est simple, Mère de Dieu aide, présentée sous forme de monogramme à l’avers, et le nom et les titres du propriétaire du sceau suivent au revers. À cette époque, être drongaire sur le thème de la mer Égée signifiait protéger et garantir l’autorité byzantine dans les îles, lutter contre la piraterie, intercepter les raids arabes provenant de Crète et veiller à l’équipement et à l’entretien des navires. D’où la courte prière à la Vierge, pour qu’elle aide et protège. Cependant, voyager dans toute la mer Égée et débarquer dans les ports de ces magnifiques îles devait aussi avoir ses avantages !

Photo: Cheynet, J. C. (2019), Les sceaux byzantins de la collection Yavuz Tatış, Buca, İzmir, p. 142.

Photo: Cheynet, J. C. (2019), Les sceaux byzantins de la collection Yavuz Tatış, Buca, İzmir, p. 142.

Réunion des équipes SigiDoc

Opération rassemblement pour l’équipe du projet SigiDoc ! Les membres des team française (Paris) et allemande (Cologne) ont pu bénéficier de l’accueil de l’École française de Rome pour se réunir du 12 au 13 mai.

Objectifs :

–        Etablir le planning des prochaines rencontres

–        Resserrer les liens entre les deux équipes

–        Trouver des idées aux problèmes sigillographiques posés par certains sceaux

–        Améliorer les outils pour l’encodage et la présentation des sceaux dans SigiDoc

Le travail a bien avancé mais il continue … 

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search